đŸ–„đŸ”Ź Si c'est au nom d'un futur toujours meilleur que le monde a Ă©tĂ© transformĂ© en un chantier permanent, nous sommes arrivĂ©s Ă  un stade oĂč le rapport entre les bĂ©nĂ©fices du « dĂ©veloppement » et ses nuisances s'avĂšre de plus en plus dĂ©favorable. La perte de confiance dans le progrĂšs doit alors ĂȘtre compensĂ©e par une inflation de ce qu'il est censĂ© apporter : plus le monde va mal et menace de s'Ă©crouler, plus il faut abreuver les populations de promesses exorbitantes.
Tel est le rĂŽle du transhumanisme – et peu importe que ce qu'il annonce ne soit pas destinĂ© Ă  se rĂ©aliser. Lui accorder trop d'importance, c'est donc se laisser captiver par un leurre. Faudrait-il refuser d'y prĂȘter attention ? Cela n'est pas si simple. Le transhumanisme nous trompe parce qu'il joue en nous sur des ressorts puissants. Se donner une chance de dĂ©samorcer la fascination qu'il exerce et le malheur qu'il propage, rĂ©clame de mettre au jour ce qui nous rend si vulnĂ©rables Ă  ses illusions. đŸ’» "Leurre et malheur du transhumanisme" d'Olivier Rey, en librairie Ă  partir du 03 octobre aux Ă©ditions @descleedebrouwer #transhumanisme #olivierrey #leurre #philosophie #sociĂ©tĂ© #succĂšs #chercheur #cnrs #descleedebrouwer

18 likes  1 comments

Share Share Share


Desclée de BrouwerDesclée de Brouwer