Christophe Lucquin

Christophe Lucquin Follow

Maison d'édition vraiment indépendante cherche mécène investisseur pour perdurer

http://christophelucquinediteur.fr/

522 Followers  297 Follow

Share Share Share

Ici, à la librairie Le 5e art, Saint-Jean-de-Luz.  LE PAYS D’OÙ L’ON NE REVIENT JAMAIS est une lecture d’où l’on revient un peu différent. C’est un livre qui, même s’il dégage une certaine mélancolie, avec tous ces souvenirs qui reviennent et ce temps qui passe et qui les efface ou les rend flous, brille, c’est comme regarder dans l’eau d’une rivière peu profonde, entre ombre et lumière, les poissons argentés qui prennent les rayons. On en revient apaisé, comme d’une cure, c’est bon de se confronter à des choses qui étaient dans la poussière, c’est ça, oui, quand on referme ce livre, on est ému et apaisé. « Toujours les souvenirs font revivre l'amour »
Toujours les souvenirs - Elli & Jacno  #roman #livre #litterature #homosexuel #gay #adolescence #enfance #souvenirs #souvenir #bonslivresalire #identite #paris #hendaye #biarritz #paysbasque #nouvelleaquitaine #alsace #lepaysdoulonnerevientjamais #julientheves #christophelucquinediteur 
Ici, à la librairie Le 5e art, Saint-Jean-de-Luz
« La ville se déploie et s’étage, c’est une baie et une plage, des collines et des creux, un train qui la parcourt, toujours trop de voitures, un horizon bouché, un soleil qui ne se couche pas dans la mer, c’est une ville qu’on parcourt à pied ou en voiture, pas en vélo, trop de côtes, ce n’est pas Venice Beach, ni Venezia, ni Le Touquet ni Palavas, ce n’est pas une côte plate, ce sont de vraies côtes et des versants qui annoncent la montagne.

C’est l’automne en plein été, le mois d’août à Noël et quatre saisons en une seule journée.

Vent du nord et ciel bleu, il fait frais sur la plage,

vent d’ouest annonciateur de nuages gris & bourrasques,

vent du sud et lumière particulière, surréaliste, aux nuages effilochés d’altitude, avant que le vent ne tombe,

et que la pluie vienne.

C’est une vieille gare abandonnée, les trains s’y arrêtent encore, parfois, mais il n’y a plus personne, à travers les carreaux on devine ce qu’elle fut, carreaux sales et relique de guichet, de banquettes, on attendait là, le train régional.

C’est un cinéma abandonné, on regarde à travers les carreaux sales, la billetterie était à droite, on passait des films l’été (le soir – ou à seize heures en cas de pluie). C’est un hôtel abandonné, il est à vendre depuis quelques années, il sera reconverti en appartements.

C’est une ville qui grandit, mais ce sont encore des maisons abandonnées, sur le front de mer même, deux villas taguées et le drapeau basque accroché, les fenêtres murées.

C’est une ville qui grandit, des immeubles années soixante-dix, quatre-vingt, quatre-vingt-dix, une urbanisation récente, en faux style basque.

Il faudrait tout dire de la ville, du territoire, du lieu même, du pays enfui. » #lepaysdoulonnerevientjamais #julientheves #roman #livres #litterature #libraire #librairie #bonslivresalire #unelectureadecouvrir #prixlitteraire #romanfrancais #edition #bookstagram #instabooks #instalivre #livrestagram #paris #hendaye #alsace #paysbasque #homosexuel #identité #adolescence #enfance #tempsquipasse #souvenir #sesouvenirdesbelleschoses #paysage #christophelucquinediteur
Je vous l’ai déjà dit, 11 ANS est un petit livre lumineux dans lequel Kevin, un garçon de 11 ans, se pose des questions sur le monde qu’il peine à comprendre. On suit Kevin dans ses réflexions, on vérifie que la vérité sort bien de la bouche des enfants, et on réfléchit sur un thème tabou : le suicide de l’enfant. Un sujet pourtant si important, quand on pense que 150 enfants âgés de 10 à 14 ans décident de mettre fin à leur jour chaque année en France.

Il fait partie des lauréats du festival du Premier roman de Chambéry 2018 qui se tiendra du 24 au 27 mai. Cette photo m’a été envoyée par Marie-Pierre, de la librairie Garin, et c’est très chouette de voir notre petit livre revêtu de son bandeau de reconnaissance. Merci Marie-Pierre ! Merci à Jean-Baptiste Aubert de sa confiance et au festival du premier roman de Chambéry.#chambery #festivalpremierroman #enfance #enfant #adolescent #adolescence #suicide #boriscyrulnik #psychologie #societe #ecole  #vie #roman #litterature #livres #edition @librairielacarline @lalibrairieideale @librairielinstant @librairie.privat @librairie_delamain_paris @librairie_mollat @librairieatelier9 @librairielaboitealivres @librairie_filigranes @librairiedesabbesses @librairiedecitre @librairiepradoparadis @librairiepetiteegypte @librairie_lesbeauxjours @librairie_halldulivre @librairie_le_comptoir @librairiegoulard @librairiekleber @lepassagedesmots @delphine_lib_halles_ @bloglivretoi @librairie_l_esperluete @lalibraire @montenlair @saurampslibrairies @librairie.calligrammes @lapauselibrairie #jeanbaptisteaubert #11 ans #christophelucquinediteur
Quemelo mimoso #calin #mexico #chihuahua #chihuahueño #perrito #chien #mexique #christophelucquinediteur
#christophelucquinediteur
Portrait mouvant d’éditeurs #grandpalais #paris #livres #photo #christophelucquinediteur @guillermo.alf.dlt @christophe.lucquin.editeur
LE PAYS D’OÙ L’ON NE REVIENT JAMAIS à la librairie Compagnie (Paris 5) #librairiecompagnie #paris #librairie #edition #livre #roman #litterature #julientheves #souvenir #enfance #adolescence #tempsquipasse #bonslivresalire #christophelucquinediteur
La dernière fenêtre par laquelle le #soleil entre avant de s’endormir #paris #toitdeparis #ciel #bleu
Ombre et lumière sur les toits de #paris #lumiere #ombre #ciel #bleu de #printemps
Une lutte de tous les instants #nuages #ciel #bleu #blanc #paris #christophelucquinediteur
🍀 LE PAYS D'OÙ L'ON NE REVIENT JAMAIS dans Sud Ouest Hendaye. ☟☟☟☟ Dans son ouvrage « Le Pays d’où l’on ne revient jamais », Julien Thèves entraîne le lecteur dans une mélancolie du temps qui passe. « Le Pays d’où l’on ne revient jamais », c’est celui de l’enfance, de l’adolescence. Peuplé de tourments dont on ne veut se souvenir, mais qu’on ne peut oublier.

L’enfance de l’auteur, Julien Thèves, pourrait être celle du lecteur qui referme son livre avec une certaine mélancolie. C’est aussi une réflexion sur l’âge « qui nous prendra par surprise », sur la 
haine et l’amour : « Ça va, ça vient, ça change et ça ne change pas. »

Mais pour l’auteur, « la vraie histoire, le vrai cliché, c’est l’impact du temps sur nos vies, qu’on croit immobiles, qui sont à la fois inchangées et mouvantes ». Lire et citer Julien Thèves est facile, 
chacun s’y retrouve. Les phrases sont limpides, pleines de grâce, les paragraphes sont scandés, comme une chanson qui ne doit jamais être oubliée.

Il n’est pas question d’abandonner ce livre sur une étagère. Il doit être feuilleté souvent, dans l’ordre ou le désordre. « H » comme Hendaye

Cette enfance et cette adolescence se déroulent à Hendaye, seulement désignée jusqu’à la page 152, par son initiale. « H, pour hôpital, pour hormones, pour haine. »

Une ville subtilement décrite. Mais comment peut-on aimer cette ville, quand on y a grandi, qu’on y revient, avec des souvenirs du passé, la beauté de ses paysages « même si, pour ceux qui 
sont d’ici, on ne sera jamais d’ici ? ». L’indécision entre l’envie de la quitter ou d’y retourner est liée aux incertitudes de l’adolescence, toujours oscillant entre haine et amour. Au terme de son récit, Julien Thèves est apaisé, le 
lecteur aussi : il a dépassé la haine, a conservé un peu d’amour, a trouvé l’amour ailleurs. « Ce n’est pas facile, peut-être que ce texte peut aider aussi, comme un précepte, un présage, un 
symbole, comme une porte ouverte. »

#edition #litterature #livre #roman #librairie #enfance #souvenir #adolescence #hendaye #jeunesse #tempsquipasse #julientheves #christophelucquinediteur
Hier soir à la librairie Les Mots à la bouche, nous avons eu la chance d’écouter Olivier Martinaud lire cet extrait du livre de Julien Thèves, LE PAYS D’OÙ L’ON NE REVIENT JAMAIS, et c’était beau. On devrait lire plus souvent à voix haute, pour partager avec plus de monde encore la beauté des textes.
Au moins, j’aurai eu une fierté dans ma petite vie d’éditeur : être droit toujours avec mon cœur. #lecture #lire #lectureavoixhaute #roman #litterature #livre #librairie #lesmotsalabouche #paris #homosexualite #enfance #adolescence #souvenir #tempsquipasse #jeunesse #julientheves #oliviermartinaud #lepaysdoulonnerevientjamais #book #libro #christophelucquinediteur